Concilier un régime végétalien avec le sport n’est pas toujours riche en nutriments. Je vous livre plus de détails sur cette idée fausse.

Une alimentation équilibrée

Même si le régime végétalien proscrit la consommation de tout produit animal, il n’est pas pauvre en nutriments essentiels pour l’organisme. En réalité, les aliments composés essentiellement de plantes contiennent des fibres, des vitamines comme la vitamine B 9 ou acide folique ou la vitamine C.

En fait, un végétalien mange davantage d’acides gras insaturés. Il évite les méfaits des acides gras saturés.

Les atouts des sportifs végétaliens

Ils sont conscients que leur mode alimentaire est fortement concentré en nutriments. Un entraînement intense nécessite l’apport de vitamines et de minéraux.

Il faut ajouter la présence des antioxydants. Ils servent à la prévention de stress oxydatif ou stress oxydant.

De plus, le système immunitaire est mieux protégé. Le régime végétalien n’est pas exempt de glucides qui fournissent de l’énergie lors des séances d’entrainement.

L’apport énergétique quotidien peut être comblé par la consommation d’avocats, de noix, de graines et d’huiles végétales. Par ailleurs, le sportif doit manger plus fréquemment des collations et des repas légers répartis dans la journée.

Les macronutriments en question

Il faut privilégier un repas riche en fibres via des céréales complètes, des haricots, des lentilles lors des moments de repos. Par contre, avant une séance d’entrainement, il faut leur préférer la consommation de riz, de pâtes conçues avec de la farine raffinée et du pain blanc.

Lors de l’entrainement, il est conseillé d’adopter les compléments alimentaires à base de gels spécialement conçus pour les végétaliens.

Le cas de protéines et autres oligo-éléments

L’apport énergétique procurée par les protéines est fournie par les légumineuses, le tofu, le quinoa, les céréales diverses.

Les acides gras polyinsaturés aident à lutter contre les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle, le diabète gras et le cancer. Les Oméga 6  sont disponibles dans l’acide linoléique à travers l’huile de germe de blé, l’huile de chanvre ou l’huile de chardon.

Quand aux oméga 3, ils sont présents dans les graines de lin, de chis, l’huile de colza.

Les micronutriments en question

Pour compenser les lacunes en vitamine B 12, il faut prendre au quotidien 6 microgrammes. Le fer est largement procuré par les légumes verts, les légumineuses et les graines.

Par ailleurs, le fer est mieux absorbé avec la consommation de produits riches en vitamine C. Retrouvez d’autres idées ici.  

Crédit Photo : azeoo.com & lexpress.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.