De nombreux parents veulent savoir s’il faut donner des compléments à leurs jeunes enfants adeptes du sport. Je vous livre les infos à connaître à ce sujet.

Non à l’automédication chez les jeunes enfants

La croissance des enfants requiert des éléments nécessaires comme les vitamines et les minéraux. Certes, une alimentation saine et variée s’avère suffisant dans la majorité des enfants.

A l’approche de l’hiver, les enfants sportifs enregistrent davantage de fatigue. Or, un complément alimentaire est uniquement conseillé dans le cadre d’une carence.

Un pédiatre ou un médecin sont habilités pour connaitre le bon dosage. Les carences sont provoquées par les infections, les maladies chroniques et les troubles alimentaires.

man hand holding his nutritional supplemets, healthy lifestyle background.

Les types de complémentation souvent présents

Durant la croissance, les besoins en fer sont réguliers. Une prise de sang est suffisante pour confirmer une carence.

Durant les trois premières années de vie, les besoins en fer sont constants pour 20 à 30 % des enfants.

Les apports de la vitamine D

En période hivernale, la vitamine D est indispensable pour l’absorption du calcium. La vitamine D est fabriquée sous la peau via l’effet des UV.

Même si le lait maternel en contient ainsi que plusieurs aliments du quotidien, les régions peu ensoleillées demandent la prescription d’une complémentation. Cela peut prendre la forme d’une prise quotidienne ou d’une dose à prendre chaque trimestre.

Le cas du fluor

Pour le renforcement de l’émail des dents, la recommandation du fluor n’est plus systématique. En effet, les sources du fluor sont multiples.

Cela inclut le dentifrice, le set de table, les eaux minérales. Il faut être très prudent pour toute complémentation en fluor.

En effet, une intoxication liée au surdosage de ces éléments se nomme fluorose.

L’alimentation équilibrée chez les jeunes sportifs

L’Association française de sécurité sanitaire des aliments ou Afssa communique sur la couverture journalière des besoins en oligo-éléments des jeunes enfants. Il faut procurer au quotidien 5 différents fruits et légumes, 3 types de produits laitiers.

Il faut  inclure du pain et des céréales. Chaque repas doit contenir des légumes secs.

Une à deux fois par jour, les protéines sont apportées par la volaille, le poisson, la viande rouge, les œufs. Le poisson est encore requis deux fois par semaine car il constitue une source importante d’oméga  3.

Les plantes à titre de complément

Les jeunes sportifs ne doivent pas prendre de plantes sans restriction. En effet, de nombreuses variétés sont reconnues pour leurs propriétés antifatigue et leur richesse en ressources.

Il s’agit notamment de la gelée royale, de l’eucalyptus, de l’échinacée. Néanmoins, les plantes ne sont pas exemptes d’effets indésirables.

 Découvrez d’autres infos ici.  

Crédit Photo : planetesante.ch & meersens.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.