Très médiatisée lors des JO de Tokyo 2020, la mise en place de la plaque en carbone dans les semelles est utilisée sur plusieurs modèles. Je vous livre  les détails sur quelques marques à ce sujet.

Un concept déjà employé

En fait, la plaque de carbone destinée à la propulsion de l’athlète ne constitue pas une nouveauté. En effet, la marque helvète On Running fait appel à la plaque Speedboard.

Il s’agit d’une plaque qui stocke l’énergie au moment de l’impact au sol. Ainsi, la performance est due à la fois à la forme et à la constitution.

Par la suite, l’énergie est restituée au moment de l’impulsion. Cela permet d’améliorer la vitesse lors du run.

En fait, le Speedboard n’est composé par du fibre de carbone. Il s’ait plutôt d’un polymère en thermoplastique.

Les modèles en plaque de carbone du marché

La Nike Zoom Vaporfly Next est la plus demandée. Elle est basée sur des résultats probants chez les Sportifs de haut niveau ainsi que les runners moins connus.

Le modèle Alphafly est aussi cité. Quant à la marque Hoka One One Carbon X, elle dispose de semelles intermédiaires de gros volume.

L’athlète américain aux multiples exploits à travers Jim Walmsley a établi un record sur 50 miles. Cette performance a accéléré la commercialisation du modèle.

Les autres marques disponibles

La Brooks Hyperion Elite possède une plaque en fibre de carbone dans la semelle intermédiaire. Après plusieurs prototypes, le modèle a permis de remporter le marathon de Boston avec la participation de Desiree Linden, en 2018.

Le modèle Asics Metaracer est ultraléger. Il dispose d’un poids de moins de 200 grammes pour la pointure 42 version homme.

La Saucony Endorphin Pro regroupe les technologies ajoutées à la plaque carbone pour augmenter l’impulsion en avant.

Les modèles  à venir ou en cours

New Balance penche sur le 5280 FuelCell pour les courtes distances de 1 600 mètres. Pour la plupart, les paires avoisinent les 300 euros.

La recherche et l’insertion de la plaque en fibre de carbone dans la semelle intermédiaire font augmenter le coût de fabrication. De plus, la forte demande n’améliore pas le tarif.

Les impressions des sportifs

La piste du stade olympique d’Amsterdam a permis de tester les performances du Brooks Hyperion Elite. L’athlète a pu se rendre compte de l’effet prouvé par les « chaussures volantes ».

Il a réussi à faire 10 secondes de mieux qu’un modèle classique. Par ailleurs, un célèbre perchiste français est séduit car ses semelles dotées d’une fibre de carbone lui ont permis de vaincre ses douleurs persistantes.

Retrouvez d’autres sujets ici.

Crédit Photo : u-run.fr & running-addict.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *