Pratiquer une activité physique est vital pour les organismes. Je vous invite à choisir le sport convenable pour votre progéniture.

Le choix du sport en question

Le sport est une réelle occasion de partage parents enfant. Il s’agit d’un moment précieux qui permet d’échanger et d’aider l’enfant à mieux prendre soin de son corps.

Par ailleurs, une activité sportive permet de rythmer facilement une semaine. Les parents peuvent guider ou proscrire certains sports non adaptés à l’enfant.

Les cas d’interdiction sont liés à une pathologie. Néanmoins, il faut laisser l’enfant effectuer son choix librement.

S’il n’a pas encore déterminé la discipline, il peut les tester avant de se fixer. Actuellement, la grande majorité des sports sont mixtes.

Les disciplines selon la catégorie d’âge

Les tout-petits peuvent s’initier en devenant des bébés nageurs. Cela leur permet de maîtriser le milieu aquatique dès le quatrième mois.

Pour les plus de deux ans, la baby gym est disponible pour l’éveil et le développement de la motricité. Les 5-8 ans peuvent intégrer plusieurs cours dédiés.

Dans leur cas, le travail porte sur l’équilibre, l’attention et la coordination. Il faut conseiller la danse, la gymnastique, l’équitation, le judo, la natation, le basket-ball, etc.

Les autres profils d’âge

Les 8-10 ans sont considérés comme faisant partie des moyens. Il faut mettre l’accent sur les sports collectifs pour favoriser l’esprit d’équipe et le goût de la compétition en groupe.

Cela peut inclure le football, le hand-ball, le rugby, entre autres. Les sports individuels ciblent davantage la coordination.

Il faut les faire participer à des cours de tennis, de karaté, d’initiation à l’athlétisme. Les plus de 10 ans peut opter pour des activités d’endurance.

Il s’agit de l’athlétisme, de la course à pied, du cyclisme, etc.

Le cas des compétitions

La compétition de haut niveau doit être un choix de l’enfant. Toutefois, elle n’est pas conseillée si l’enfant est trop jeune.

Les clubs organisent des mini-tournois dotés d’enjeux adaptés. Les petits sportifs sont confrontés à d’autres enfants de leur âge sans pression.

La compétition est préférable à l’âge de 10 ans et plus. C’est l’âge propice pour un développement corporel plus harmonieux.

Les limites à considérer

Lors de la période de croissance, les articulations et les os sont beaucoup plus fragilisés. C’est la raison pour laquelle il faut proscrire les disciplines trop violentes.

La pratique intensive d’un sport risque de fatiguer inutilement le jeune enfant.

Cela peut entraîner une baisse des résultats scolaires, une fatigue chronique, des blessures difficiles à traiter. Retrouvez d’autres options ici.

Crédit Photo : pediact.com & oppq.qc.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.